Chères Concitoyennes, chers Concitoyens

arendt_ed

 

>zur deutschen Version

Lorsque mon parti m'a proposé de me porter candidat aux élections communales, il y a six ans, j'ai consenti sous réserve que, pour le cas où je serais élu, j'exercerai mon mandat pendant une seule mandature. Pour différentes raisons, je n'ai pas voulu reposer ma candidature.

Au début de la prochaine mandature, j'aurais presque 70 ans, à mon avis un âge qui m'interdirait de prendre encore des décisions concernant essentiellement de jeunes personnes. Chaque génération a ses propres idées du vivre ensemble dans la commune. Ses représentants devraient donc aussi avoir la possibilité d'être associés à la prise des décisions qui les concernent. Le fait qu'un ainé colle à son mandat n'est d'aucune utilité à cet effet.

Certes, il est méritoire d'une personne d'être disposée à revêtir le mandat de bourgmestre pendant deux, trois, voire plusieurs mandatures. Mais il ne faut pas perdre de vue qu'elle court alors le risque de se considérer comme indispensable. Et personnellement, je voudrais éviter cela.

Je suis convaincu que la commune sera bien gérée aussi après mon départ. Le système d'électionsd'après le mode de la représentation proportionnelle en est un bon garant. Ce qui compte pour déi gréng, ce n'est pas la personne qui tient le mandat mais le programme établi de commun accord avant les élections. C'est la ligne directrice qui devra guider mon successeur dans l'exercice de son mandat, à supposer que les électeurs et les électrices expriment une nouvelle fois leur confiance au parti.

J'ai ressenti mon mandat comme une expérience intéressante et enrichissante que je ne puis que recommander à chacun qui porte un intérêt au bien commun. Mais il y a une fin pour tout. Et le moment me semble venu pour consacrer de nouveau plus de temps à ma famille. Toutefois, s'il était souhaité, je me tiendrai aussi à l'avenir à la disposition de la commune en m'engageant dans l'une ou l'autre commission consultative.

Profitant de l'occasion, j'aimerais en tout cas vous remercier, chère concitoyenne, cher concitoyen, pour la confiance que vous avez eue à mon égard. J'ai exercé mon mandat avec plaisir et, comme je l'espère, pour le bien de notre commune et à votre satisfaction.

Votre bourgmestre

Edgard Arendt